Ceinture alimentaire de Namur

07 avril 2022

La CAN sollicitée sur la Une RTBf Online

Présentation de notre travail et de notre outil collaboratif de localisation des acteurs namurois de l'alimentation

Capture d’écran 2022-04-07 à 18

Posté par GTpilotage à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 mars 2022

Communiqué : Projet Triphasé de la CAN

Concerne : Elaboration d’un réseau alimentaire structuré – Projet Nourrir Namur

                  Réseau de Communes en Recherche de Résilience

                  Présentation d’une cartographie grand public : acteurs du circuit court en namurois

 

Ce Lundi 7 mars 2022, s’est tenue la première rencontre supracommunale à laquelle était invitées les 16 communes de l’arrondissement de Namur, les GAL respectifs de ce territoire, les représentants du Cabinet de l’échevinat de la transition, du BEP, du service cartographique de la ville de Namur, de  Terre en Vue ASBL et de la Ceinture Alimentaire Namuroise, à l’invitation du RCR2 – le Réseau des collectifs en recherche de résilience qui pilote ce projet.

 triphase

Finalité : Dans le contexte de conflit géopolitique que l’on connaît, l’évidence se fait de plus en plus sentir de la nécessité d’accroître notre résilience territoriale. Qu’il s’agisse d’autonomie énergétique ou alimentaire, le besoin est aujourd’hui pressant de travailler à l’identification de nos ressources locales, de bâtir des réseaux de productions locaux et de baser toujours plus nos circuits d’approvisionnement auprès de producteurs identifiés proches de chez nous. Le désormais bien identifié « circuit court ».

 

Méthode : Le réseautage qui se met en place partout en Wallonie, autour des métropoles notamment, identifie les producteurs locaux et les met en relation avec des consommateurs (dans le secteur alimentaire, on les appelle « les mangeurs ») au sein de cercles vertueux, qu’il s’agisse de GAL, de coopératives d’achat, de projets solidaires allant de la fourche à la fourchette… Pour ce faire, il est rapidement apparu un besoin de cartographier, à la fois les acteurs de la production mais aussi les ressources notamment territoriales dévolues à cette production locale ou pouvant lui être à l’avenir consacrées. Dans cet effort de maillage territorial en lien avec les capacités de développement économique de nouveaux opérateurs, des organismes comme Terre en Vue et le BEP (Bureau Economique de la Province) font figure de partenaires privilégiés dans l’accompagnement et le développement de projets. C’était la raison de leur présence à cette première réunion de réseautage supracommunal.

 

L’objectif est d’accorder une attention particulière aux terres agricoles disponibles, notamment celles dont les pouvoirs communaux et les CPAS sont propriétaires. Et aussi de développer toujours plus le circuit court en faisant œuvre d’exemplarité dans le choix des fournitures à la base des repas de nos collectivités communales : les cantines scolaires, de maisons de soins et de repos, etc. Dans cette dynamique, il y a place pour les politiques : non seulement le collège des bourgmestres peut prendre initiative, mais aussi divers acteurs au sein des cabinets échevinaux, en liaison avec les Plans de développement économique, de la nature, de la ruralité, les projets de transition écologique… Souvent aussi, des organismes paracommunaux assistent l’administration quand elle est amenée à gérer cette identification des ressources locales et à réseauter les acteurs de terrains.

 

Au profit de ces opérateurs, les outils cartographiques se révèlent de puissants instruments de compréhension d’abord, puis de communication ensuite, vers les publics de mangeurs. La CAN annonçait ce jour la mise en ligne de son outil numérique à destination du grand public, tant producteurs que mangeurs (can.gogocarto.fr)

 

Vous aimez le circuit court, vous en faites partie ou vous voulez enfin, vous aussi, le découvrir, cette carte numérique facilitera votre exploration. Etablie en mode collaboratif, vous pouvez interroger  cette carte pour découvrir les acteurs de la production et de la distribution qui sont près de chez vous. Mais vous pouvez aussi la compléter en encodant les acteurs que vous connaissez et qui ne figureraient pas encore dans la base de données.

 

C’est pour faciliter une collaboration au niveau supracommunal donc que la réunion de ce jour était organisée, la Ceinture Alimentaire Namuroise jouant en cela sa mission d’ensemblier et de facilitateur sur le territoire de l’Arrondissement.

 

Posté par GTpilotage à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2022

DECOUVERTES, RENCONTRES ET ANIMATIONS

Posté par GTpilotage à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2022

Un Groupement des Maraîchers Diversifiés Bio sur petite surface (GMDB)

Concernant la filière maraîchère, quoi de mieux que de commencer par vous présenter deux supports de communication qui vous en diront de suite plus :

Capture d’écran 2022-01-30 à 11

Un site internet d'abord : https://monmaraicherbio.be/

Capture d’écran 2022-01-30 à 11

L'enregistrement, ensuite, d'une émission de Tendance Première de la RTBf où Monique Tiberghien converse avec des acteurs de la filière : https://www.rtbf.be/auvio/detail_tendances-premiere-le-dossier?id=2858219

Le mangeur est responsabilisé. Fin 2021, la période de confinement a créé un appel d'air du côté des circuits courts... Mais maintenant, il faut garder cette bonne habitude et dépasser donc une bonne résolution de début d'année. Rien ne serait pire qu'un retour à la normale !

Posté par GTpilotage à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2022

Appel à manifestation d'intérêt : Envie de nous rejoindre ?

La Ferme des Arondes, une ferme collective à Profondeville !

Capture d’écran 2022-01-28 à 13

Nous sommes 6 producteur·ices expérimenté·es ayant pour ambition de reprendre une ferme dans le namurois afin d’y installer notre projet collectif : la Ferme des Arondes.

La ferme sur laquelle nous souhaitons nous installer est située entre Arbre et Saint-Gérard, près de Namur. Elle est entourée de 34 hectares de prairies et terres cultivées, se compose d’un corps de logis et d’anciennes étables. Ce lieu représente un énorme potentiel pour une ferme diversifiée, en agroécologie et pleine de vie.

Le cœur de notre projet collectif repose sur l’entraide et sur la mise en commun de certaines activités ou moyens de production (investissements, communication, administratif, commercialisation...).

Maraîchage diversifié, légumes de plein champ, céréales, élevage de brebis et chèvres, fromagerie, boulangerie, production de champignons, transformation à la ferme... toutes ces activités diversifiées et complémentaires seront chacune portée par l’un·e d’entre nous de façon autonome.

Pour en savoir plus

Posté par GTpilotage à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 janvier 2022

Approvisionnement des cantines de collectivités namuroises

Posté par GTpilotage à 09:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2021

Fêtes de fin d'année

voeux2

Posté par GTpilotage à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2021

Charte

Vers un système alimentaire local socialement équitable,
résilients et durables pour Nourrir Namur

(Version arrêtée au 20/10/21)

 

Cette charte s’adresse à tou·te·s les acteur·trice·s de l’alimentation durable actif·ve·s sur le territoire de la ceinture alimentaire : producteur·trice·s et artisan·ne·s, mangeur·euse·s, institutions publiques ou privées, entreprises, associations, scientifiques, pouvoirs publics, etc. Elle constitue les fondements de l’action de la CAN (ceinture alimentaire namuroise).

Raison d’être - Pourquoi une ceinture alimentaire à Namur ? 

   Les conséquences désastreuses engendrées par le système agroalimentaire industriel et globalisé sont nombreuses : dérèglement climatique, perte de biodiversité, appauvrissement des sols, dépendance croissante aux énergies fossiles et aux intrants chimiques, endettement des agriculteur·trice·s, difficulté d’accès à la terre et disparition des petites exploitations, dépendance aux structures intermédiaires multinationales (transformation, commercialisation, distribution), perte de diversité alimentaire et de richesse nutritionnelle, difficulté d’accès à une alimentation saine, croissance exponentielle des maladies liées à la malbouffe (allergies, obésité, diabète, hypertension,…), etc. 

   Afin de permettre l’accès à une alimentation saine pour tou·te·s, de préserver la biodiversité et la qualité des sols et de garantir des emplois porteurs de sens, rémunérateurs et non délocalisables, il est urgent :

  • d’assurer l’autonomie et de viser la souveraineté alimentaire : il est nécessaire d’organiser la solidarité entre le centre urbain, sa périphérie et les zones rurales, de reconstruire un maillage entre les producteur·trice·s et les mangeur·euse·s privilégiant les circuits courts et de tendre au niveau local vers une plus grande adéquation entre les volumes de production et de consommation. Plus encore, face à l’industrie agroalimentaire, il est indispensable de se réapproprier les enjeux relatifs à l’alimentation afin de garantir la souveraineté alimentaire, notamment en ce qui concerne la diversité et les choix de qualité des produits.

  • d’organiser la résilience des territoires : l’urgence climatique et les dommages dus à l’utilisation intensive des ressources fossiles et des intrants chimiques nous poussent à repenser le fonctionnement du système agroalimentaire. Il est important d'assurer la transition agroécologique à tous les niveaux (production, transformation, distribution, consommation) pour mettre en place un système alimentaire local durable et résilient face aux crises à venir.

  • de relocaliser les filières alimentaires : dans une économie mondialisée, les emplois liés notamment à la transformation et à la commercialisation sont régulièrement délocalisés. Il est nécessaire de recréer des métiers, de relocaliser les activités de transformation et de logistique et de dynamiser le tissu professionnel coopératif. Ceci afin de capter et de redistribuer équitablement de la valeur ajoutée sur le territoire, de créer de l’emploi de qualité et de renforcer le caractère rémunérateur et valoriser des activités écologiquement responsables, c’est-à-dire limitant leurs impacts négatifs sur l'environnement.

Territoire - Sur quelle zone agit la ceinture alimentaire namuroise ? 

La ceinture alimentaire namuroise agit dans le territoire de l’arrondissement de Namur : communes de Sombreffe, Gembloux, La Bruyères, Eghezée, Fernelmont, Andenne, Namur, Jemeppe-sur-Sambre, Sambreville, Mettet, Assesse, Gesves, Ohey, Floreffe, Fosses-la-Ville et Profondeville. 

Ce territoire permet à la fois de rassembler une diversité de sols et de production, de garantir la lisibilité du projet pour le public et de susciter des projets de collaboration. Ces limites géographiques sont souples et s’adaptent à la réalité de chaque filière. La définition de ce périmètre permet de dynamiser les projets au sein d’une zone définie.

Finalités - Que vise la ceinture alimentaire namuroise ?    

   Les finalités de la ceinture alimentaire namuroise sont les suivantes :

  1. Une disponibilité et un accès pour tou·te·s à une alimentation locale, saine et durable.

L’accès à celle-ci est une question de justice sociale. Quelle que soit la situation sociale de la personne, chacun·e doit avoir accès à une alimentation qui contribue à son bien-être et à sa santé. Cela implique une attention à l'accessibilité des produits (en termes de localisation et de prix), au modèle économique qui soutient leur commercialisation et pour l’exemplarité et leurs effets démultiplicateurs, aux cuisines collectives (écoles, hôpitaux, crèches, CPAS, etc )

  1. Un revenu digne pour les producteur trice s.

L’agriculture doit être rémunératrice et porteuse de sens pour tou·te·s les acteur·trice·s des différentes filières. Il est indispensable de développer les solidarités entre producteur·trice·s et mangeur·euse·s. Cela implique la construction de modèles économiques viables et justes, facilités entre autres par le partage des risques liés à la production entre les producteur·trice·s et les mangeur·euse·s.

  1. Des filières alimentaires locales structurées et génératrices d'emplois.

Une relocalisation des filières alimentaires est souhaitable pour le maintien et la création d’emplois non délocalisables ainsi que pour le développement d’une économie circulaire au service d’une autonomie territoriale.

  1. Un environnement naturel préservé.

Le système agroalimentaire doit interagir harmonieusement avec les écosystèmes, contribuer à la régénération des sols et de la biodiversité, et évoluer radicalement de façon à atténuer les causes du dérèglement climatique. De même, il doit participer à la sauvegarde et au développement du patrimoine paysager rural et prendre soin de tous les vivants d'un territoire, humains et non-humains.

  1. Une connaissance partagée des enjeux relatifs au système alimentaire

Il est indispensable que chacun·e soit en mesure de comprendre le fonctionnement du système actuel pour y jouer un rôle et le transformer. Il est également nécessaire que les alternatives existantes soient identifiées et mises en valeur. Enfin, les connaissances et savoir-faire doivent être partagés et co-construits afin de favoriser l’innovation.

  1. Une gouvernance alimentaire locale opérationnelle.

Afin de mettre en place un système alimentaire alternatif, il est nécessaire de construire une gouvernance alimentaire, juste et efficace, participative et collaborative incluant l'ensemble des acteur·trice·s.

Missions - Que fait la ceinture alimentaire ?

   Afin de participer à la transformation du modèle agroalimentaire, la ceinture alimentaire namuroise doit à la fois construire progressivement un modèle alternatif autonome et dénoncer les projets politiques et les accords commerciaux défavorables. Nous synthétisons nos missions en huit domaines :

  1. Constituer un réseau d’acteur trice s : la ceinture alimentaire fédère les acteur·trice·s de l’alimentation durable (professionnel.les, acteur·trice·s de la chaîne alimentaire, institutions, associations, scientifiques, pouvoirs publics, etc.) vers un horizon commun enthousiasmant. Elle valorise et renforce les mouvements existants, propose de nouvelles collaborations, favorise les échanges d'expériences et d'expertises en interne ainsi qu'en externe.

  2. Documenter les dynamiques alimentaires locales : La ceinture alimentaire mobilise les institutions et ressources compétentes pour étudier les dynamiques et les flux alimentaires locaux. Elle identifie les enjeux pour atteindre ses finalités. Les études et les recommandations qui en résultent sont diffusées au sein du réseau d'acteurs constitué.

  3. Faciliter la reconstruction des filières locales : la ceinture alimentaire veille à travailler par filière. De la graine à l’assiette, elle identifie les acteur·trice·s à chaque étape des filières locales, et singulièrement les chaînons manquants, afin de susciter la création de nouveaux projets et de nouveaux métiers dans les différentes filières.

  4. Faciliter l’accès à la terre pour les producteur·trice·s : la ceinture alimentaire facilite l’accès au foncier par la mise en réseau de parties prenantes susceptibles de mettre à la disposition des agriculteur·trice s des terres cultivables publiques ou privées.

  5. Faciliter la transition des activités agricoles locales vers un modèle agroécologique : la ceinture alimentaire contribue à l'émergence, à la promotion et à la vie d'un réseau de parties prenantes susceptibles d'accompagner les agriculteur·trice·s porteur·euse·s de projets en termes de diagnostic, de financement, d'accompagnement technique et de recherche de débouchés commerciaux sur le territoire.

  6. Sensibiliser et mobiliser les citoyens et les décideurs locaux Posté par GTpilotage à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 octobre 2021

Semaine du commerce équitable 2021

Vous n’avez pas pu assister au webinaire la semaine dernière portant sur « Les défis de l’alimentation durable » dans le cadre de la Semaine du Commerce Equitable ?  Voici toutes les infos pour ne rien avoir manqué !

 

Capture d’écran 2021-10-22 à 14

Découvrez dès maintenant le court-métrage réalisé par la Fédération Belge du Commerce Equitable, en collaboration avec le Collège des Producteurs, qui vous présentera les réalités vécues par les agriculteurs du Nord et du Sud, les défis et initiatives en faveur d’une meilleure accessibilité à l’alimentation durable pour tous.

Posté par GTpilotage à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2021

Participation de la CAN au Festival #Maintenant de LLN

llnVendredi 24 octobre 2021 : 10h45. Un cercle de chaises. Un Flipchart. Une équipe d'animateur·trice·s au taquet. Tout est en place pour accueillir les participant·e·s à cette partie de jeu "Mets ta ceinture, en route vers un réseau alimentaire durable". Trois équipes font fait appel à l'intelligence collective pour imaginer un scénario de création d'un Réseau alimentaire résilient.

Les cartes sont distribuées qui mettent en jeu des acteurs, des opportunités de terrain, des rebondissements (favorables ou, au contraire, dommageables) comme il s'en rencontre sur le terrain de la vie.

Cette fois, pour deux groupes, démarche inattendue et originale, elles démarrent de leur carte "Punaise". En l'occurrence, un projet de barrage qui perturbe les plans que l'on imagine dans un aménagement agricole, voire permacole, du territoire. En effet, une difficulté (une crise) peut aussi se révéler une opportunité de rebondir. Bravo la créativité et la combativité imaginées dans ces scénariis !

L'atelier était organisé dans la Maison du Développement Durable de Louvain-La-Neuve où se tenait du 24 au 26 octobre, #Maintenant, le Festival citoyen pour un monde en transition.

Voir un album dans la marge de ce blog

Posté par GTpilotage à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]